Accueil - Sommaire
La méditation
Activités - Groupes
L'enseignant
Toucher le cœur
Les rendez-vous
Qu'est-ce que le Zen ?
Orient-Occident
Essais
Causeries
Enseignements
Textes classiques
Télécharger
Le réseau BASE
Le blog zen
Bodhidharma
Dôgen
Gudô
Jiun sonja
Album photos
Expériences
Digressions
Humour
Bouquins
FAQ
Poésie
Section membres
Mises à jour
Plan du site
Nous soutenir
Mentions légales


Une recherche rapide par mot-clé dans le site ?



Recevoir la lettre d'information ainsi que la liste des mises à jour mensuelles :







Une brève introduction à la méditation zen


BodhidharmaSi l'on en croit l'exemple du Bouddha, il vous faut pour méditer :

Premièrement, un arbre dit ficus religiosa. Il est vrai qu'une fois le Sage du clan des Shâkya s'accommoda d'un parasol formé des sept têtes d'un dieu-serpent. On peut également se retirer dans un ermitage de montagne. Mais une simple pièce fera tout aussi bien l'affaire. Dans ce cas, on la prévoira silencieuse, ni trop chaude l'été, ni trop froide l'hiver, ni trop éclairée en journée, ni trop sombre en soirée.

Deuxièmement, un coussin d'herbes dit kusa. Le Bouddha utilisait également un siège de diamant. Mais on peut tout aussi bien se contenter d'un coussin ordinaire. Dans ce cas, on le prévoira suffisamment épais afin de croiser les jambes sans difficulté.

Troisièmement, un corps. C'est là l'élément le plus important pour lequel les maîtres et autres yogis n'ont guère prévu d'alternative. Peu importe d'ailleurs qu'il soit revêtu des trente-deux marques majeures d'un Éveillé ou qu'il s'agisse d'un vulgaire sac de peau comme disaient les maîtres chan. Désolé donc si vous êtes un robot qui explorez maintenant ce site. Il faut être franc : vous ne pourrez expérimenter cette méditation. Voici donc un kôan de consolation : sous l'arbre on pose le coussin, sur le coussin on pose le corps, sur le corps on pose l'esprit, mais sur l'esprit que pose-t-on ?

Reprenons pour les autres. Assis les fesses sur le coussin, vous croisez les jambes en lotus ou en demi-lotus. Vous redressez le buste et gardez la tête droite, les yeux mi-clos, le regard tombant vers le sol. Vous posez ensuite les mains dans le giron. La respiration passe naturellement par le nez. Et vous vous contentez d'être assis.

Si vous suivez cette première instruction, vous n'aurez vraisemblablement que le sentiment d'être banalement assis. Rester dans cette position pendant une demi-heure pourra même vous sembler interminable. Il faut peut-être alors savoir utiliser une méthode. Par exemple, suivre le mouvement de la respiration : elle passe par le nez, elle emplit les poumons, elle repart. Mais une fois l'esprit unifié, vous devrez abandonner cette technique.

Car on reste bien finalement assis simplement sans se préoccuper du vrai et du faux, d'une technique ou d'une absence de technique. L'esprit unifié, on entre alors dans un état de profond apaisement. Apaisement n'est même pas le mot juste, car la paix s'oppose encore au tourbillon, aux difficultés. Dans cet état d'abandon, une telle opposition n'a même plus de sens.

Ne dites pas : "Pourquoi méditer ?" Car il s'agit précisément là de jouir d'un état sans pourquoi.

À vrai dire, la méditation zen est une perte de temps. Qui pourrait la recommander ?

Et pourtant...


Face au mur ? Des moines Sôtô


En savoir plus :

Petit manuel à l'usage des aspirants qui désirent apprendre la méditation zen, ou comment réussir sa première méditation.
Des conseils de Ryôtan Tokuda et de Gudô Nishijima, deux maîtres zen japonais contemporains
Zazen est différent de la méditation, un texte de Isshô Fujita, un enseignant japonais dans la lignée d'Uchiyama rôshi.
Kinhin, la méditation marchée, une description par Isshô Fujita.
The Way of Zazen, un opuscule de Rindô Fujimoto rôshi, publié aux États-Unis en 1966 ( en anglais). Le tout premier manuel de méditation publié dans une langue occidentale.
La voie de Zazen, la traduction française de l'ouvrage précédent.
Pour ceux qui ont des douleurs pendant la méditation, une réflexion d'Éric Rommeluère.
Assise et douleur, la traduction française d'une série d'échanges entre plusieurs enseignants zen américains.
Saluer, se prosterner, gestes essentiels du bouddhisme.


Des enseignements sur la méditation :

Conseils aux méditants (1) par Éric Rommeluère.
Sesshin sans jouets, un texte d'Uchiyama rôshi (1912-1998), cinquième abbé du temple d'Antaiji.
Pratique et réalisation ne sont pas deux, un enseignement sur la méditation donné en 1988 par le moine zen Ryôtan Tokuda-Igarashi.
Shikantaza : juste s'asseoir, un second enseignement de 1993 de Ryôtan Tokuda-Igarashi.
La voie des patriarches, une lettre de Sodô Yokoyama (1907-1980), l'un des successeurs du maître zen Kôdô Sawaki.
Ouvrir la chambre au trésor, un enseignement oral de John Crook, un enseignant zen britannique.
Pas de chemin du tout ! Un second enseignement oral de John Crook.
Zazen comme questionnement, un enseignement oral de Taigen Dan Leighton, un enseignant zen américain dans la lignée de Suzuki rôshi.
Qu'est-ce qu'une sesshin ? Un enseignement oral de Taizan Maezumi rôshi (1931-1995).
Evacuations, un enseignement sur la méditation par le maître chinois Sheng-yen (qui s'écarte un peu de la présentation japonaise).


Vous êtes ici : Sommaire général >>> La méditation